Accueil > Actus > Non classé > La guerre des talents est lancée

La guerre des talents est lancée

17 janvier 2020

Episode 1 / La hausse des besoins en main d’oeuvre

Comment expliquer cette difficulté croissante de recrutement ? d’où vient cette pénurie de profils qui s’apparente parfois au désert de Gobie pour les recruteurs, héros de missions parfois impossibles… trouver des candidats.

Jobpack partage avec vous quelques chiffres clés.

La conjoncture économique favorise une dynamique de recrutement qui ne facilite pas la tâche des chargés de recrutement. Eric Heyer, Directeur du Département Analyses et Prévisions de l’#OFCE – Observatoire Français des Conjonctures économiques – le confirmait lors d’une session de travail organisée le 21 novembre par l’#APM avec des chefs d’entreprises du Loiret. « Le CICE a redonné du souffle aux entreprises. Elles ont récupéré leur niveau de marge d’avant 2008. Cela leur permet de voir plus sereinement l’avenir, d’investir, d’innover, de recruter… ».

Cette dynamique se ressent très clairement dans l’indicateur #BMO (Besoins de main d’œuvre déclarés chaque année auprès de #Pole Emploi, #BVA et #Credoc). Après une hausse de 18,7 % en 2018, les intentions d’embauche continuent de progresser fortement en France avec une moyenne de 14,8 % sur le territoire national. 2,7 millions de projets d’embauche sont prévus au cours de l’année 2019 : le plus haut niveau de recrutement observé depuis le début de la décennie. Avec en trio de tête : Les Pays de Loire (24,8%), la Normandie (21,1%) et les Hauts de France (18,3%). La région Centre Val de Loire n’est pas loin derrière avec + 16,4 %.

Les services à la personne et aux entreprises représentent 63 % de l’ensemble des intentions d’embauche. Le premier rassemble 37 % de l’ensemble des intentions d’embauche et le second 26 % de de l’ensemble des intentions d’embauche. Pour la troisième année consécutive, le secteur de la construction affiche la plus forte progression des intentions d’embauche (+26%) suivi de l’industrie (+20%), du commerce (+11%) et de l’agriculture (+8%).

50 % des recrutements prévus en 2019 sont jugés difficiles par les employeurs. Ce taux atteint 58,7% en région Centre Val de Loire. Plus les entreprises sont petites, plus elles éprouvent des difficultés à recruter : 55% des intentions d’embauche pour les établissements de 1 à 9 salariés contre 43% pour les établissements de plus de 200 salariés. Les métiers en pénurie sévère (à + de 70%) sont : les carrossiers, géomètres, couvreurs, régleurs, charpentiers, vétérinaires, mécaniciens et électroniciens, agents qualifiés de traitement thermique et de surface, dessinateurs en électroniques, agriculteurs, viticulteurs, arboriculteurs salariés, agents d’entretien, tous les emplois de la restauration et l’hôtellerie, l’animation socioculturelle, aides à domicile, ouvriers non qualifiés de l’emballage et manutentionnaires aides-soignants, employés du libre service, artistes (musique, danse, spectacles), ingénieurs, chefs de projets et cadres d’étude R&D en informatique, conducteurs routiers.

En période de tension, la situation se complique « Il faut aller chercher les candidats un par un, sur d’autres territoires et vendre votre destination en plus du poste. La politique du logement menée depuis quelques années et les taux d’intérêts bas ont permis un accès plus grand à la propriété, ce qui ne facilite pas la mobilité » confirme Eric Heyer. + le salaire est bas, + le besoin d’accompagnement à la mobilité est fort. Pour les équipes RH, c’est un point très chronophage sur lequel Jobpack et ses welcomers apportent un vrai service. Avec Jobpack, les recruteurs concentrent leur énergie sur leur mission, leurs candidats sont reconnaissants, et la grande gagnante est la marque employeur !!!

Retrouvez en images tous les chiffres du BMO 2019 Centre Val de Loire

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider